K.O. - Fabrice Gobert

Antoine Leconte ne fait pas semblant d'être une tête de con. Arrogant, dominateur, il écrase son petit monde de tout son poids, sans aucun scrupule. Et puis un jour, un accident, et il se retrouve dans le coma. Tout bascule. A son réveil, il doit réintégrer une vie qui n'est pas celle qu'il connaissait. Et il n'en veut absolument pas de cette vie pourrie, où il est en bas de l'échelle, à la merci de ceux qui étaient à sa botte il y a encore peu de temps.

Alors vient le doute : est-ce que c'est sa vie d'avant qui était factice ? Ou c'est celle dans laquelle il se retrouve qui n'est pas la bonne ? 

K.O. c'est la perte identitaire, le sentiment d'usurpation, le complot, la trahison... et tout ça c'est très intriguant. Et puis Laurent Lafitte incarne très subtilement le personnage, sa dégringolade. Il le rend aussi bien détestable que touchant, et rappelle ainsi que nul n'est invulnérable, même derrière des vitres fumées et une coupe de champagne. 

K.O. passe son temps à brouiller les repères, à instiller du doute. On en sort un peu étourdi, en se disant que oui, c'est un film intelligent. C'est astucieux. Seulement voilà, c'est intelligent, c'est astucieux mais ça s'adresse surtout aux neurones. On est dans le cognitif, pas dans le corporel, là où ça touche vraiment et où ça laisse une empreinte. Alors on garde un petit souvenir agréable mais très éphémère, et c'est dommage, qu'un film aussi bien pensé, dans la lignée d'un Fight Club, manque autant de force de frappe.

K.O. de Fabrice Gobert
Affiche du film "K.O." de Fabrice Gobert

Commentaires